MotoGP 2014 : Mike Di Meglio en relève de Randy de Puniet

-

Malgré des résultats en dents de scie ces 4 dernières saisons, Mike Di Meglio accède au MotoGP par la petite porte. Il sera le seul représentant tricolore en catégorie reine et prend la suite de Randy de Puniet.

Mike Di Meglio accède à la catégorie reine des Moto GP pour la saison 2014. Il a paraphé un contrat d’un an avec le Team espagnol Avintia-Blusens pour le compte duquel il pilotera une FTR-Kawasaki et aura pour co-équipier Hector Barbera.

Celui qui reste, ne l’oublions pas, notre dernier champion du Monde français, sacré en 2008 en catégorie 125 cm3 avec le team Aki Ajo avait par la suite bien enchaîné par une belle première saison en 250cm3 (2 podiums et une pole position) avant de connaître plus de difficultés avec l’avènement de la nouvelle catégorie Moto 2 (à motorisation 600cm3 4 temps) à partir de 2010.

S’en suivront 4 saisons compliquées mais quelques belles performances comme trois places dans le Top 10 en fin de saison 2011 et des départs en 1ere ligne laissent à penser que Mike aurait pu réussir également en Moto 2, son seul « regret » comme il le confiait récemment, « étant de n’avoir pu enchaîner 2 saisons dans le même team ».

Le toulousain rebondit donc dans la catégorie supérieure au terme d’une saison 2013 en Moto 2 difficile et prématurément interrompue par une vilaine blessure au Gp de la République Tchèque (double fracture du sacrum) et, suite au départ de Randy De Puniet (qui se consacrera au développement de la nouvelle Suzuki Moto GP en vue de la saison 2015) Mike sera donc l’unique représentant tricolore en catégorie reine, avec l’appui sans aucun doute de la Dorna !

Certes avec une machine concourant dans la catégorie Open (la grille Moto GP 2014 comprendra 11 vraies machines d’usine, les 13 autres sont regroupées sous la bannière Open en remplacement de l’appellation CRT), plus limitée en puissance et en technologie. Notre toulousain ne pourra prétendre aux tous premiers rôles mais pourra s’inspirer de son co-équipier Barbera qui avait tout de même scoré 2 jolies 10e places à son guidon l’an passé.

Preuve que la base n’est pas si mal, de plus le fait que le Team pourrait finalement rouler avec un châssis Kawasaki au lieu du FTR actuel montre l’intérêt porté par le constructeur nippon au projet, les moteurs étant eux toujours préparés par les français de chez Akira (Champions du Monde 2013 en Superbike avec Kawasaki).

Reste à Mike qui s’est toujours dit plus à l’aise au guidon d’une 1000 (plus proche du fait de la puissance du style de pilotage des anciennes 250 deux temps) que d’une 600 , et passé un indispensable temps d’adaptation, à saisir à fond cette opportunité d’évoluer au plus haut niveau de la vitesse mondiale et à nous faire rêver à nouveau.

Sacré challenge pour Mike ! Mais le talent il l’a et nul doute qu’il a beaucoup appris de ses années difficiles aussi je te le dis : Tu peux le faire Gars !

test3207