Rémy Briatte, un pilote qui passe à la vitesse supérieure

-

Rencontre avec un New Rider en Superbike : Rémy Briatte issu du WERC et qui se lance en FSBK en 2017 catégorie Challenger.

Rares sont les pilotes du WERC (Week-End Racing Cup) qui sautent le pas pour passer directement en championnat de France Superbike. Les afficionados de cybermotard, ont en tête, Jonathan Hugot, qui a été lé révélation du 1000 promosport 2016.

Mais si le pilote de Beziers a fait escale en 1000 promosport, Rémy Briatte, lui participera directement à la catégorie Challenger. Cette nouvelle catégorie remplace la classe Stock et s’adresse aux pilotes de moins de 28 ans.

Rémy Briatte, pilote de 26 ans habitant Martigues (13), débute la compétition en 600cm3 en 2014.et après avoir remporté le titre de Promotion Cuo 600 en 2015 avec une 600 CBR préparée par Bruno Performance, il finit 4ème de la saison 2016 en Promotion Cup1000 Dunlop au sein du WERC.

En 2017, il roulera au sein du Team Antibes Engineering de Jean Marc Soma sur une Yamaha R1 dans la catégorie Challenger, chaussée de pneumatiques Dunlop, équipée de suspensions Mupo Racing, le freinage confié à CL Brakes et le PLV Racing lui assurant l’intendance.

Toutes les Superbike sont calquées sur le règlement de la coupe FIM Superstock 1000 et pour différencier les Challenger du reste du plateau les plaques auront un fond rouge et numéros blancs.

La saison débutera le week-end du 25 et 26 Mars au Mans et va lui permettre de prendre la mesure du niveau de ce championnat et de voir où il se situe au sein de la meute des pilotes engagés.

Parions qu’il aura fort à faire avec sa Yamaha #37 et que sa préparation hivernale lui aura été bénéfique.
Nous l’avons rencontré le 1er février 2017 sur son lieu de travail chez Diaboliq Bike à Saint-Mitre les Remparts (13)

Cybermotard : Quelle a été ta motivation pour le FSBK et pourquoi pas une saison de transition en 1000 Promosport ?

Rémy Briatte : En septembre 2016, j’ai eu une super proposition de la part de Jean Marc Soma le boss d’Antibes Engineering qui m’avait préparé ma CBR 1000 pour ma saison en WERC. Il avait besoin d’un pilote en championnat de France Superbike pour faire la promotion de sa Société et je ne pouvais pas dire non car pour moi c’est presque un rêve de rouler avec les pilotes de ce championnat

Cybermotard : Te verra-t-on toujours en Endurance et avec quelle équipe ?

Rémy Briatte : J’aurais bien aimé. Pour le moment je n’ai eu qu’une proposition pour les 24h du Mans mais elle n’est pas possible du point de vue financier. Le Budget demandé est trop conséquent pour moi. J’espère que mon expérience sur les courses de 24 heures additionné à de bons chronos en Championnat me permettra d’avoir une opportunité pour rouler au Bol d’Or. Je me concentre principalement pour faire de mon mieux en Superbike car je vais rouler sur une nouvelle moto pour moi et j’ai beaucoup d’autres choses à apprendre durant cette saison.

Cybermotard  : Quelle différence du point de vue budget et en tant que pilote entre le WERC et le FSBK 

Rémy Briatte  : En tant que pilote ça va être très différent car je vais avoir beaucoup plus de travail sur la R1 par rapport à la CBR Stock de l’an dernier. Il y aura beaucoup d’électronique. Je serais d’ailleurs trois jours à Valencia pour mes premiers tests et Jean Marc Soma pourra me diriger en analysant les données au fur et à mesure de mes roulages.
Au niveau budget, j’ai beaucoup de chance car cela va me revenir moins cher que ma saison en WERC. Les relations et les partenaires du Team que Jean Marc emmène avec lui font que je n’aurais à payer que l’engagement, les entraînements et l’essence. La moto lui appartient et les pneus sont pris en charge. Reste la casse en cas de chute mais pour l’instant c’est prévu comme çà.

Cybermotard  : Que vises-tu pour cette première saison en Superbike France ?

Rémy Briatte  : Ma passion c’est la compétition moto et je fais énormément de sport à côté pour être au meilleur niveau. Honnêtement je ne sais pas ce que cela va donner cette saison mais je me donnerais à 150 %. J’ai envie d’apprendre et d’améliorer mes chronos avec la moto et sa préparation. Il y a un monde qui sépare mes pneus du WERC et ceux que j’aurais cette saison. J’ai déjà eu l’occasion de tester des pneus performants et j’ai pu me rendre compte de leur potentiel. Je pense que l’on peut gagner de précieuses secondes au tour. J’espère surtout ne pas rentrer bredouille à la maison. S’il y a plus ce sera merveilleux.

test4315