David Morillon, l’anti star

-

Cette année, David Morillon attaque sa 19ème année de compétition. Il sera au guidon de la Kawasaki Bolliger, pour la 3ème année consécutive pour disputer l’intégralité du championnat mondial d’endurance.

Tout le monde se souvient du magnifique « soleil » réalisé par David Morillon, lors de la 69ème édition du Bol d’Or, au premier tour dans la ligne droite des stands. Cela n’a semble pas avoir affecté le soutien d’Hans Peter Bolliger, qui a promu David Morillon pilote n°1 cette saison.

« C’est vrai que tout de suite après l’accident, je suis allé m’excuser auprès des mécanos et du team manager, et ils ont apprécié ce geste » explique le pilote originaire des Deux Sèvres.

Cela est dû aussi à la « très bonne mentalité qui règne au sein de l’équipe » . D’autant que le team Bolliger est aussi sans doute « l’un des plus anciens en endurance, car cela fait 30 ans qu’ils sont présents en endurance ».

Ils sont donc à même de comprendre qu’un incident est vite arrivé en course « Le matin même de la course, lors du warm up, j’ai cassé un disque de frein et j’aurais pu aussi bien me bourrer à ce moment là » précise encore David.

Cette bonne entente est néanmoins tempérée par la barrière de la langue « Les mécanos et le team manager sont tous Suisses Allemands et il n’y a qu’un mécano qui parle anglais, c’est grâce à lui que je communique. Mais cela n’est pas toujours facile, quand on rentre dans des détails très pointus »

david_morillon2_web.jpg

Mais c’est grâce à son talent, que David est passé pilote numéro 1. « Je suis toujours le plus rapide des pilotes. Cette année, je serais secondé par Horst Saiger (un transfuge de Yamaha Austria) et un petit jeune Patrick Muff, Marcel Kellenberger ne sera que 4ème pilote ».

L’objectif du team cette année est de « faire un podium au classement général du championnat mondial et d’essayer de décrocher un podium pour les 24H du Mans et au Bol ».

Mais la tâche ne sera pas facile, car la Kawasaki de Bolliger est vraiment une machine privée qui est uniquement supportée par Kawasaki Suisse et reçoit un peu d’aide des huiles Motorex. « On sait très bien que l’on ne pourra pas rivaliser avec la Suzuki de Méliand. Sur la piste elle nous colle une à deux secondes au tour ! ».

Mais alors qu’est ce qui fait encore tenir cette équipe ? « La passion tout simplement ! ». Il faut savoir que toutes les primes engrangées sont ré-investies dans la course « Pour ma part, je ne suis pas payé pour rouler. On me rembourse juste mes frais de déplacement, (gasoil et péages) et je dors dans mon camion ». David est l’anti star des pilotes d’endurance au sein des teams de pointe.

Les prochains roulages du team auront lieu du 16 au 18 mars à Valence et « nous seront présents les 4 et 5 avril aux essais pré-Mans ».

Voir aussi Team Bolliger

test144