Rencontre avec Laurent Pradon, préparateur de motos de compétition

-

Rencontre avec Laurent Pradon, gérant de la société RS Distribution . Discret, il est l’homme de l’ ombre lorsqu’il sort de ses locaux pour aller sur les circuits, vous le trouverez plus souvent au fond du box, rivé devant son écran d’ordinateur.
La télémétrie, l’analyse, la gestion de la moto c’est son job. Les projecteurs et les flashs ne font pas partie de ses priorités. Il nous ouvre les portes de ses ateliers dans les alentours de Montelimar et nous en dit un peu plus sur son activité.

– Depuis quand la société RS Distribution existe-t-elle ?

 J’ai décidé de sa création en 1996, cela fait donc une vingtaine d’année. A l’époque j’étais en Grand Prix comme mécanicien et je voulais me consacrer à la fabrication de pièces d’usinages et d’accessoires de compétition ainsi qu’à la fabrication d’échappement.
Qu’elle est l’activité de la société aujourd’hui ?
On s’occupe de tout ce qui touche à la moto : châssis, moteur et suspension, le développement, la mise au point et la métrologie, que ce soit en vitesse ou tout terrain.

 Quel est ton parcours ?

 Je n’ai pas fait de grandes études, je suis plutôt autodidacte. J’ai beaucoup appris tout au long de ces années passées en grand prix et tout particulièrement au côté d’Alain Michel (multiple champion du monde side-car).

En 2004 Alain Bronec et Nicolas Dussauge me contactent pour intégrer comme technicien, le Challenge Avenir. Cette aventure m’a ouvert d’autres perspectives en travaillant avec les enfants et m’a remis le pied à l’étrier en vitesse.

Avec de jeunes pilotes comme Louis Rossi, Valentin Debise, Alexis Masbou, Alan Techer, Jules Danillo et bien d’autres. L’aventure aura duré une dizaine d’année en parallèle de mes autres activités.
Mon passage en grosse cylindrée s’est fait en collaboration avec Sébastien Gimbert que ce soit en endurance, en CIV ou FSBK d’abord avec BMW puis les Honda de Race Expérience.

Mon passage en Mondial Moto 2 pour Louis Rossi m’a permis de découvrir une nouvelle fois le monde des grands Prix totalement différent de ce que j’avais connu auparavant.

 Quel bilan de cette année passée en Moto2 ?

 Que du positif, malgré la déception en fin de saison de ne pas avoir eu les moyens et le temps pour m’exprimer sur le plan technique. Des problèmes châssis récurant dû à un manque d’essai en pré-saison pour la mise au point (seul les essais IRTA étaient au programme). Le budget limité du team et la bonne volonté des techniciens de chez Tech3 n’auront jamais permis d’avoir d’évolution châssis tout au long de la saison.

Cette expérience m’a de nouveau enrichi intellectuellement et professionnellement, et m’ouvre de nouvelles perspectives d’avenir.

 Un souvenir marquant de ses dernières années ?

 Il y en a pas mal au cours de ma carrière et je pense qu’il y en aura d’autres.
Avoir contribué au développement de la 500 V.Due de Bimota dans sa version injection, d’avoir fait qu’elle soit compétitive et finir 3ème du championnat Italien à son guidon alors que tous ne juraient que par la version à carburateur. Malheureusement l’aventure sera stoppée par les problèmes financiers de la marque

 Cette année 2016 tu seras en Moto 2 CEV avec Alan Techer ?

 J’ai été contacté au mois de novembre 2015 pour faire des tests de développement sur circuit, ma façon de travailler, les résultats et le fait que je connaisse très bien Alan ont séduit l’ensemble des partenaires. La structure est Belge et basée en Espagne. Il s’agit de Bruno Performance, le châssis est un NTS et le moteur fourni par Géo Technology S.A, nous disposerons de trois châssis et de suspension Ohlins

Après les tests de novembre j’ai signé mon contrat comme chef mécanicien pour l’équipe dans le championnat. FIM CEV REPSOL.
J’aurai avec moi une jeune télé métricienne, Cécile Bombled que je connais très bien et que j’aurai bien voulu avoir à mes côtés en 2015 pour me seconder.

 Le mot ou la phrase qui te correspond le mieux ?

 Je ne suis pas un magicien, chez moi tout est basé sur le travail.

test3994