Stoner et Lorenzo lancent le boycott du GP de Motegi

-

Il y aura au moins deux pilotes qui n’iront pas au GP de Motegi, le 2 octobre 2011. Ces deux…

Il y aura au moins deux pilotes qui n’iront pas au GP de Motegi, le 2 octobre 2011. Ces deux pilotes ne sont pas n’importe qui, puisqu’il s’agit de Casey Stoner et de Jorge Lorenzo.

Cette décision a été rendue publique le samedi 16 juillet lors de la conférence de presse tenue lors de l’épreuve du Sachsenring en Allemagne. Casey Stoner a été on ne peu plus clair et a déclaré « Cela m’a pris un peu de temps pour prendre ma décision, mais je n’irai pas au Japon » et de rajouter catégorique « la plupart des pilotes partagent mon opinion. Maintenant c’est aux organisateurs de prendre leurs responsabilités ».

Si Stoner et Lorenzo ont rendu public leurs prises de position, on sait qu’il existe un véritable vent de fronde au sein du paddock. L’immense majorité des pilotes 125 et moto2 ont fait connaître leur opposition à travers leurs représentants légaux, pour ce déplacement au Japon. (A part Hiroshi Aoyama et Karel Abraham).

Est-ce que cela sera suffisant pour annuler le dernier GP de la saison ?

Ce qui est certain, c’est que le circuit de Motegi est situé à une centaine de km de la centrale de Fukushima. Mais le nuage radioactif, qui continue de s’échapper des quatre réacteurs détruits, est poussé au Nord Ouest par les vents dominants.
Le plus grave dans le cas de fuite radio-active, ce ne sont pas l’exposition (limitée) à des radiations, ( cas extrême : les pompiers de Tchernobyl qui ont marché sur le toit de la centrale et qui devaient travailler par rotation de 30 secondes) mais plutôt la contamination interne en consommant des produits de la mer (poissons, crustacés, algues). Car à ce moment là, le césium 137, qui a la même structure que le calcium, vient se fixer sur les os. Il y a donc de très fortes chances de développer un cancer…dans les 10 ans à venir.

On a cependant trouvé des fourrages, destinés à l’alimentation du bétail, irradié à des taux 1.600 fois plus élevés que les normes à…105 km de la centrale de Fukushima. La contamination radio-active est donc beaucoup plus étendue que ne le laisse entendre les autorités japonaises. De plus on sait que la compagnie Tepco, ne pourra contrôler la situation avant plusieurs mois ! Donc d’ici octobre 2011, la contamination radio-active devrait encore s’étendre.

On attend avec impatience les travaux d’analyse, demandée par la Dorna, réalisés par une commission « indépendante » (en fait des chercheurs d’une Université italienne). Ces travaux devraient être rendus publics le 31 juillet 2011.

D’un autre côté, les courses de GP étant censés être une fête, faut-il le faire quand on sait que le coût de la reconstruction des zones dévastées est compris dans une fourchette de 89 à 107 milliards d’Euros ? Faut-il dépenser de l’argent et de l’énergie, quand on sait qu’à 100 km des gens ont tout perdu ?

test2063