Surprenant tiercé de Penzkoffer pour le Tourist Trophy 2017

-

Rico Penzkoffer, que l’on ne présente plus, alignera un panel assez hétéroclite de pilotes dans son team Penz13 en vue des courses du Tourist Trophy 2017.

Pour sa campagne 2017 des courses du Tourist Trophy, Rico Penzkoffer alignera un panel de pilotes pour disputer les courses du Tourist Trophy. Ce panel est très hétéroclite et on se demande bien quel est le but poursuivi par Rico Penzkoffer.

Revue de détails.

Le premier de l’équipe BMW Penzkoffer est Dan Kneen. Ce pilote originaire de l’Ile de Man a fait ses débuts en 2009 et son dernier exploit remonte à 2010, où il a terminé 5e en supersport ! En 2016, l’horizon devait s’ouvrir devant lui, car il avait la possibilité de défendre les couleurs officielles de Yamaha avec « Mar-Train Racing », mais visiblement cela n’a pas abouti. Depuis l’équipe de Tim Martin a mis fin à son engagement en courses du road-racing à la fin de la saison 2016 (lien en anglais).
A 30 ans on attend toujours un coup d’éclat de ce pilote !

Sinon Daniel Kneen a toujours pointé une douzaine de fois dans le Top ten aux courses du T.T. sans pour cela déclencher l’enthousiasme délirant des foules…Loin s’en faut. Il a une seule participation au BSB en 2011, où il a terminé 34e !

Cela est d’autant plus surprenant que Rico Penzkoffer a été durant 2 ans en négociations avec Dan Kneen pour l’intégrer dans son team. Et de conclure « Dan Kneen vit littéralement la piste ». On verra bien les résultats !

Alessandro Polita, une reconversion à l’Italienne

Enfin le pilote a compléter ce trio, est déjà une recrue de Rico Penzkoffer, puisque Alessandro Polita a déjà roulé pour le team allemand en 2016.

Là encore, on se demande bien pourquoi Riko Penzkoffer investit sur ce pilote. Ses résultats de 2016, sont très loin d’être convaincants : 47e en superbike, 40e en superstock et 33e en Senior.

Bien sûr, il n’était à cette époque qu’un « new-comer » et on ne pouvait pas attendre de lui, des miracles en une seule participation. Le TT se mérite et l’apprentissage est long. Il faut avoir « l’esprit » du road-racing avant de pouvoir percer.

Or là encore le passé ne plaide pas en faveur du pilote italien. Son dernier succès remonte à 2006 (! ) quand il a remporté la coupe 1000 superstock. Détail rigolo, sur certains site anglophones, son palmarès est bien « gonflé » et il est présenté comme un pilote qui possède « 5 victoires et 16 podiums dans cette catégorie ». Or il n’a en réalité que 4 victoires et 12 podiums en 4 saisons de superstocK ! Depuis ce pilote de 33 ans, attend toujours de faire des étincelles !

On a du mal à comprendre le choix de Rico Penzkoffer, alors qu’en 2015 il avait aligné au moins une pointure de la taille de Michael rutter.

Idem en 2016, où il a fait rouler Gary Johnson, qui a terminé 5e en superstock et 9e en superbike !

Alors (sans vouloir être méchants) pourquoi investir sur des second couteaux ?

test4304